Actu

Comment imputer les déficits fonciers ?

Lorsque vous optez pour un investissement locatif, il est possible que vous obteniez une petite aide en guise de coup de pouce sur le plan fiscal. Cet état de choses est possible lorsque vos différents gains et recettes sont inférieurs à vos charges. Il s’agit d’un mécanisme communément appelé le déficit foncier. Comment imputer les déficits fonciers ? Cet article vous en parle. Lisez.

Le déficit foncier : c’est quoi concrètement ?

Supposons que vous êtes le propriétaire d’un logement pour lequel vous proposez une location non meublée encore appelée location nue. Lorsque vous opterez pour un régime d’imposition réel, il vous sera possible de faire une déduction de vos charges de vos revenus fonciers. Au bout du processus, il est possible que vous remarquiez que le montant de vos charges est plus élevé que celui de vos revenus fonciers. Le cas échéant, on dira que vous êtes dans une situation de déficit foncier. Cet état de choses sous-entend que cette part de charges qui est au delà de vos revenus fonciers est susceptible d’être déduite de votre revenu global.

A découvrir également : Comment fonctionne l'éco prêt à taux zéro ?

Ainsi, vous procédez à la réduction du montant de votre impôt sur le revenu. Précisons que votre revenu global peut prendre en compte vos sources de revenus principales telles que votre salaire, votre pension, si vous êtes déjà à la retraite ou tout autres rémunération constituant votre source principale de revenus.

Les déficits fonciers : comment les imputer ?

Il est possible que vous imputiez vos déficits fonciers de diverses manières.

A voir aussi : Comment résilier une assurance habitation Crédit Agricole ?

Imputer les déficits sur les loyers ultérieurs

Au cas où votre revenu foncier imposable reste excédentaire, cela sous-entend que vos loyers dépassent vos charges. Dans ces conditions, il vous est possible d’en faire une diminution des déficits que vous avez subits durant les 10 ans précédents que vous n’avez pas réussi à déduire de vos différents loyers. Pour plus de garantie et de chance, il vous faut procéder à la déduction de vos déficits qui sont plus anciens. Ce sont eux qui peuvent être atteints le plus rapidement possible par une limite de 10 ans.

Imputer les déficits fonciers sur votre revenu global

Si vous avez eu un déficit foncier cette année par exemple, il est possible qu’il soit imputé à votre revenu global de l’an prochain dans une limite de 10700 euro au plus. Mais il faut noter que ce plafond est susceptible d’être revu à la hausse, lorsqu’une partie de votre déficit provient de l’un de vos logements mis en location dans le cadre du dispositif Perissol. En définitive, lorsqu’un déficit foncier est imputé sur votre revenu global, cela favorise la réduction de votre base taxation à l’impôt sur revenu.