Location

Comprendre la loi sur les baux locatifs

Il est courant d’entendre parler de la nouvelle loi sur les baux locatifs qui vient d’être adoptée cette année. En effet, les bailleurs doivent désormais proposer un logement aux locataires sous forme de baux écrits. Néanmoins, il est important de connaître les détails de cette loi. Voici tout ce qu’il vous faut comprendre.

Pourquoi un bail locatif ?

Tous les propriétaires de logements locatifs sont censés connaître les baux locatifs. Mais qu’est-ce qui les rend si importants ? Les baux locatifs servent à fixer certaines règles entre les propriétaires et les locataires. Ces documents sont très importants et ont une grande valeur juridique. Ils sont conçus pour s’adapter à toute sorte de situations. Lorsqu’on signe un bail de logement, on s’engage à payer un loyer et on fixe la durée du bail. De même, on s’engage à rendre le logement disponible aux locataires.

A lire aussi : Quelle taille pour un salon ?

Le document juridique le plus important est le bail écrit qui peut être signé par tous les propriétaires et locataires. En effet, dorénavant, l’absence de bail écrit entraîne la nullité du contrat de location. Et dans le cas où il n’y a pas de bail, les locataires sont considérés comme des squatters. Dans ce cas, ils ne peuvent bénéficier de rien du logement et ils doivent quitter les lieux avant la fin du mois.

Que dit le bail principal ?

Le bail principal est le plus usé dans le monde immobilier. En effet, c’est le bail qui s’occupe des logements à titre de résidence principale. Il s’agit du premier bail que l’agent immobilier vous demandera de signer. Cette inscription est obligatoire pour les logements à usage d’habitation. Il doit être remis à tout locataire qui a un logement, même s’il est à titre gratuit, c’est-à-dire si le propriétaire ne lui demande pas de payer de loyer.

A lire également : Comment trouver un garant pour une location d'appartement ?

Le bail principal est obligatoire pour toutes les locations et doit être rempli par le propriétaire et le locataire. Il est également appelé « bail écrit » ou « bail principal » et s’explique à travers trois différents types à savoir :

  • Les baux de location meublée ;
  • Le bail de location vide ;
  • Le bail de colocation ;

L’article 2 de la loi n° 89-462 du 6 juillet met en exergue la gratitude de cette loi à l’endroit de tous les citoyens. Elle est donc votée par tous et pour tous comme l’on a l’habitude de le dire.

Que dit la loi sur le bail commercial

Le bail commercial est utilisé pour les locaux professionnels. Ce genre de bail est spécialement dédié à la location des appartements industriels ou catégoriquement commerciaux. Il permet d’avoir accès à un renouvellement du contrat si nécessaire. En effet, c’est un document qui régit les relations entre le propriétaire et le locataire. Il permet de définir les conditions de l’utilisation du local et de fixer le loyer.

Le bail de location commerciale implique de nombreuses clauses qui sont notamment les suivantes : la durée du bail, les modalités de paiement du loyer, le montant du loyer, la nature des travaux qui peuvent être réalisés, le nombre de personnes qui peuvent utiliser le local, les sorties, etc. L’article 3 de la loi n° 89-462 du 6 juillet en a fait une priorité. En effet, une notice relatant les droits et les devoirs du bailleur et du locataire devra être annexée au contrat de location.

Que peut-on dire du bail verbal ?

Le bail verbal est un contrat qui tient lieu de bail écrit. Il est conclu oralement entre le bailleur et le locataire. Le bail verbal ne peut être utilisé que lorsqu’aucun contrat de bail à usage commercial n’a été signé entre les deux parties. Cependant, il existe des cas où il peut être utilisé même si un contrat a déjà été signé. En effet, le bail verbal peut être utilisé en cas de besoin urgent ou si le bail a été rompu par le locataire.

Que dire du bail de rénovation ?

Le bail de rénovation est le genre de bail qui oblige le locataire à effectuer les travaux en rapport avec la salubrité et la sécurité des lieux loués. Le bail de rénovation peut être également utilisé lors d’un changement de locataire. L’ancien locataire qui ne souhaite pas rester dans les lieux loués doit, en effet, procéder à la remise en état des lieux qu’il a occupés pendant le temps de son bail.

En cela, la loi Alur, invoque « État des lieux loi Alur ». Ce document-ci n’a pas une grande importance, mais tient à ce que l’état des lieux aie une importance juridique qui sera en l’occurrence soutenue par la loi. La loi Alur en guise d’exemple exige la mention de tous les objets reçus au temps de la remise des clés.