Actu

Les prix de l’immobilier sont en hausse en Europe

En 2022, le montant du secteur immobilier a augmenté de 7,2 %. Et ce, en fonction du baromètre qu’a révélé Europe 1. Particulièrement sur le marché de la maison, la demande est assez forte avec une hausse. Dans le même temps, les acheteurs entraînent les pénuries parce qu’ils convoitent le sud.

Le coût dans le secteur immobilier a beaucoup grimpé

La crise du pouvoir d’achat et l’inflation ont un poids énorme sur le quotidien des français. En termes de logement, ce poids a augmenté en 2022. De ce fait, nous constatons 7,2 % de hausse des prix au mètre carré dans l’immobilier ancien.

A lire en complément : Qui peut bénéficier d'un prêt à taux zéro ?

Plus précisément, il faut savoir que ce sont les tarifs des maisons qui attirent vers le haut les chiffres. Avec plus de 10,9 % au montant, en fonction du mètre carré contre plus de 4 % pour les logements à titre de comparaison.

L’année dernière, cette tendance était la même en raison de la Covid-19. La demande des acquéreurs a globalement changé. En plus, les français désirent une pièce pour chacun de leurs enfants. Ceci leur permettra de réaliser du télétravail, un peu de jardin ou les servir de balcon.

A lire également : Comment fonctionne l'éco prêt à taux zéro ?

Manque de biens dans certaines régions

En France, il existe certaines régions où la hausse est très forte. En effet, la façade ouest et la région sud sont assez attractives jusqu’à point où il y a un manque de biens de maisons. Cette pénurie est : constatée dans de nombreuses villes tout comme : Montauban, Perpignan, Montpellier, Toulon, Nice et Nîmes.

Contrairement aux grandes métropoles telles que Lille, Paris et Lyon, elles se sont stabilisées. Toutefois, retenez bien que la ville de Marseille a attiré plusieurs acquéreurs à cause de son accessibilité. Non seulement ceci, la ville présente aussi une belle qualité de vie. En outre, la ville offre aussi un bon réaménagement.

L’augmentation du montant du marché immobilier est supérieur à la moyenne nationale avec plus de 8,2 % sur le mètre carré. Dans le sud-est, plus précisément en Provence-Alpes-Côte d’Azur, il y a encore une grande pénurie de biens.

L’impact de la rénovation énergétique

Huit pour cent des anciens biens en moyenne nationale qui ont été : mis en vente représentent des passoires énergétiques. À Dijon, les actions mises en vente classées F et G sont sur-representéés. Outre Dijon, il y a encore Clermont-Ferrand, Rouen, Saint-Etienne, Grenoble, Limoges et Annecy. Par exemple, les chiffres sont préoccupants en Île-de-France. Avec plus de 28 % des actions classées F et G. Sur le marché francilien, nous observons un total de 11 % des actions.